Repas grec jeudi 18 octobre

Pour fêter les vingt ans du grec ancien au lycée Marguerite de Valois, un repas grec vous sera proposé au self le jeudi 18 octobre prochain. C’est l’occasion de découvrir la gastronomie grecque antique (et quelques ingrédients « modernes » que les Grecs de l’époque ne connaissaient pas encore !)

(Plat à figures rouges, IVe siècle avant J.-C., musée du Louvre, Paris)

La Grèce est un pays montagneux et forestier, au climat sec, où l’agriculture était difficile et peu diversifiée (céréales, oliviers, vignes et quelques légumes). L’alimentation des Grecs était donc frugale, mais équilibrée.

(Olivier, sanctuaire de Delphes)

Les céréales sont la base de l’alimentation (froment, orge). On mange surtout des légumes (ail, oignon, poireau, laitue, fèves, lentilles, pois chiches…), des fruits, frais ou secs (olives, figues, amandes, noix, noisettes, raisin, grenades…) et du fromage (brebis, chèvre).

(Récolte des olives, amphore attique du British museum, Londres)

La viande apparaît rarement sur la table : aux jours de fête, on rôtit un agneau ou un chevreau, on sert quelquefois du boeuf, assez souvent du porc. Les Grecs, qui sont de grands chasseurs, apprécient le gibier (lièvres, perdrix, cailles, grives…). La pêche fournit une grande partie des aliments (sardines, thons, anguilles, poissons en salaison, calamars…).

(Cratère, musée archéologique national de Madrid)

(Cratère, Metropolitan museum of art, New York)

Le Grec, dans l’Antiquité, fait en général trois repas par jour. A son lever, il prend une légère collation de pain et de vin pur. Vers midi, le déjeuner est sommaire. Le principal repas est le dîner, pris allongé sur un lit. Les jours de fête, il s’agit d’un véritable banquet, avec hors d’oeuvre, plats de poisson, viandes et légumes, puis fruits et pâtisseries.

(Kylix, musée du Louvre, Paris)

Hommes et femmes dînent en général séparément. Lors des banquets de fête, des joueuses de flûte, des acrobates, des acteurs donnent de véritables spectacles pour animer la soirée.

(Coupe attique, musée du Louvre, Paris)

On boit d’ordinaire de l’eau ou du lait (chèvre ou brebis). Le vin est très important lors des banquets : un esclave puise, à l’aide d’une oenochoé (un pichet à vin), le vin dans un cratère (grand vase servant à diluer du vin pur avec de l’eau), puis le sert à chaque convive dans une kylix (coupe servant à déguster le vin).

(Kylix, musée du Louvre, Paris)

Vous retrouverez une partie de ces aliments lors du repas grec du jeudi 18 octobre. Pensez à le réserver !